Ils réclament la libération des harraga

Sit-in devant le consulat de Tunisie

06 Fév 2016
599 fois

Il avait fallu une intervention rapide et énergique pour juguler le flot de jeunes gens massé devant le siège du Consulat Général de Tunisie hier après-midi. Les éléments de la brigade de recherches et d’investigations BRI , relevant du commissariat central étaient en force  pour essayer de calmer les jeunes venus réclamer qu’on leur rende leurs parents ou amis qui seraient détenus ou hospitalisés en Tunisie après que la barque sur laquelle il se trouvaient en début de mois aurait échoué dans les eaux territoriales tunisiennes. La rumeur dit que ces harraga portés disparus au large d’El- Kala se trouveraient à Tabarka. L’information reste à être avérée et confirmée. Pour rappel, huit jeunes avaient disparu alors qu’on avait retrouvé l’un d’eux qui serait décédé à la suite d’une hypoglycémie et enterré par sa famille et ses amis. Ce dernier originaire de la cité « Benai El Askr » d’El Fakharine 3 a reçu un hommage émouvant lors de son enterrement. Malheureusement certains ont eu recours à des manifestations et ont fini par être appréhendés par les policiers qui les ont emmenés vers la Sûreté de wilaya d’après le peu d’information que nous avons pu recueillir. Trois jours après le drame de la disparition de huit immigrants clandestins algériens suite à l’interception d’une embarcation en souffrance au large de la plage Segleb, à Oum Theboul, aucun indice n’est décelé pour leur localisation.  La piste de la détention en Tunisie reste, à ce moment, « la plus vraisemblable », estiment des parents de certains harraga disparus. Pour eux, « plusieurs cas similaires ont été enregistrés par le passé où des naufragés des côtes d’El-Tarf ont échoué en Tunisie ». Se déplaçant en Tunisie pour s’enquérir sur leurs proches, quelle fut la surprise et la déception des concernés par les déclarations catégoriques des autorités du pays voisin? « On nous a assuré qu’aucun ressortissant algérien n’a échoué, dans les derniers mois, sur la côte tunisienne », révèlent nos interlocuteurs, meurtris. Ces derniers, non satisfaits de ces déclarations trop expéditives à leur sens, ont souhaité rencontrer le consul de la République tunisienne à Annaba. Ce d’autant que ces proches croient savoir , que leurs enfants se trouvaient dans les prisons tunisiennes ce qui les a poussés à manifester devant le consulat général de Tunisie à Annaba pour exiger des réponses. Selon eux le consul serait la personne chez laquelle se trouvent les moyens de mieux mener les recherches auprès les autorités tunisiennes. A rappeler que la barque en question a été interceptée, le 1er février aux environs de 18 heures, à bord de laquelle se trouvaient cinq personnes et un cadavre. Une enquête de la Gendarmerie nationale a été ouverte sur les circonstances de la disparition des huit harraga. 

Zarrougui Abdelhak/Ahmed Chabi

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85