Il fustige « des forces d’inerties » et « la bande »

Tebboune crie haro sur la contre -révolution

13 Aoû 2020
553 fois

Le président Abdelmadjid Tebboune exprime sa colère contre des responsables ayant bloqué la mise en œuvre de ses décisions. S’exprimant, hier à l’ouverture des travaux de la réunion gouvernement-Walis au Palais des Nation à Alger, le chef de l’Etat n’a pas caché, en effet, son mécontentement du rendement des responsables locaux. Il accuse ainsi des « forces d’inertie » qui agissent contre la stabilité du pays. « Il y a des forces d’inertie qui œuvrent contre la stabilité du pays et espèrent toujours parvenir à une situation de chaos dans le pays », déclare-t-il, faisant référence à plusieurs affaires soulevées récemment, dont les coupures d’eau et d’électricité, ainsi que le manque de liquidités au niveau des postes. Selon lui, des enquêtes sont lancées pour démasquer les complices. Dans la foulée, le président Tebboune revient sur les limogeages de chefs de daïra et de P/APC, décidés mardi dernier. Cette décision, indique-t-il, est liée « au blocage de décisions prises ». « Ce blocage est parfois volontaire. Les responsables limogés seront soumis à des enquêtes pour déterminer quelles ont été leurs intentions », assure-t-il. Poursuivant, il cite des exemples de décisions non-appliquées. Parmi elles, il y a celle portant sur le versement de la prime Covid-19 accordée au personnel médical et l’indemnité décidée au profit des familles démunies. « Pendant trois mois, cette prime n’a pas été versée. Qu’est ce qui se passe ? Est-ce que c’est la contre révolution ? Il y a des complicités à l’intérieur de l’Administration. De toute façon des enquêtes sont en cours pour savoir qui a fait quoi et qui bloque quoi », dit-il. Pour encourager les walis et les autorités locales à prendre l’initiative, Abdelmadjid Tebboune leur rappelle que servir le citoyen n’est pas un délit. « Cela ne vous mènera pas à El Harrach. C’est le détournement des deniers publics qui est combattu », explique-t-il, en s’adressant directement aux Walis. Le chef de l’Etat s’élève aussi contre certaines pratiques constatées chez des responsables. « Nous assistons à des pratiques révolues. Des responsables viennent devant les caméras pour faire croire qu’ils ont pris en charge les doléances des citoyens. Mais dès qu’il n’y a plus de projecteurs, ils abandonnent tout. C’est du cinéma. Il faut que ça cesse », demande-t-il, affirmant qu’on ne peut pas gagner la confiance du citoyen tout en faisant rien ».

Haddad et la ‘‘bande’’

Le chef de l’Etat dénonce également l’existence d’un « complot contre le pays ». « Il y a un complot contre la stabilité du pays (…) Il y a des gens que la stabilité n’arrange pas, ils espèrent toujours revenir en force. Ils rêvent. Le peuple est sorti dans la rue. Le train a démarré, personne ne peut l’arrêter », précise-t-il, estimant que « 80 % des citoyens sont contents de la stabilité sociale ». Selon lui, la « bande » tente d’exploiter la détresse des citoyens pour tenter de provoquer des révoltes sociales. « Ils (les représentants de la « bande » ndlr) achètent des citoyens avec l’argent sale », dit-il, invitant à nouveau les walis à être à l’écoute des Algériens. Poursuivant, Abdelmadjid Tebboune n’a pas manqué d’évoquer la nouvelle affaire Ali Haddad, concernant la conclusion d’un contrat avec un cabinet de lobbying américain pour un montant de 10 millions de dollars. « Ils sont en prison, et leurs millions de dollars sont distribués à l’étranger. Qui a donné les ordres ? Qui a sorti ces millions de dollars ? Le peuple doit savoir », déclare-t-il. Selon lui, l’époque « où les responsables sont désignés par téléphone, avec des sacs d’argent et durant la nuit est complètement révolue ». Par ailleurs, il affirme que « les portes de la repentance sont ouvertes pour ceux qui ont été dupés ». « Mais ceux qui ont choisi la voie de la traitrise en travaillant contre l’intérêt de leur pays assument leur responsabilité », soutient-il.

Révision de la Constitution

Dans sa longue intervention qui aura duré près d’une heure, le président Tebboune assure aussi que le changement demandé par le « Hirak béni » sera concrétisé…à travers la révision de la Constitution. Il appelle ainsi le Gouvernement et les walis à se préparer dès maintenant à l’étape du référendum sur la révision de la Constitution. « Un texte sera prochainement publié englobant les propositions de tous et chaque article inclura toutes les propositions soumises », annonce-t-il.

Samir Rabah

Dernière modification le mercredi, 12 août 2020 20:33
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85