Aller Mondial avec l’Algérie

Le rêve de Miraoui

15 Oct 2014
316 fois

Samedi dernier, la CAN féminine a débuté en Namibie. Huit équipes (Zambie, Nigeria, Cote d’Ivoire et Namibie, pour le groupe A ; Cameroun, Algérie, Ghana et Afrique du Sud pour le groupe B) s’affrontent jusqu’au 25 octobre pour succéder à la Guinée équatoriale sacrée en 2012. Parmi les joueuses qui disputent cette compétition, plusieurs évoluent en France. C’est le cas de Lydia Miraoui, internationale algérienne et milieu de terrain à Claix (D2). Avant le début de la compétition, l’ex-joueuse de l’Olympique Lyonnais avait pris le temps d’évoquer son parcours et ses ambitions avec sa sélection nationale. Née à Maubeuge, dans le Nord, Lydia a débuté le foot à l’âge de 8 ans à Arlac, une petite équipe bordelaise où elle est restée jusqu’à l’âge de 13 ans avant de rejoindre l’OL pour y effectuer l’intégralité de sa formation. Après une année pro avec Lyon, elle entamera un périple qui la mènera de l’Estartit, en Espagne, à Fribourg, en Allemagne, puis à ASE Alger avant de rejoindre Claix cette saison où elle espère donner un nouveau souffle à sa carrière. « Je devais signer à Albi mais ça n’a pas marché, explique-t-elle. J’ai eu des contacts avec l’entraîneur du PSG (Farid Benstiti, NDLR) qui m’a dit que ce serait intéressant de signer à Claix. Je reviens de blessure : j’ai été victime d’une double fracture tibia-péroné lors d’un entraînement avec Fribourg. Pour retrouver mon niveau, c’était intéressant de signer à Claix en D2», explique la joueuse de 22 ans.

«Le foot féminin a vraiment évolué en Algérie»

Après avoir disputé deux rencontres avec Claix cette saison, Lydia Miraoui s’est envolée pour la CAN, sa deuxième après celle de 2010. Dimanche, son équipe a effectué ses premiers pas dans la compétition et a réalisé un bel exploit en faisant tomber le Ghana (deuxième meilleure équipe africaine derrière le Nigeria) grâce à un but dans les dernières minutes d’Horiya Affak. Il faut savoir que dans ce groupe B, l’équipe d’Algérie, 75e au classement FIFA, fait office de petit Poucet face aux Ghanéennes (50es), aux Camerounaises (51es) et aux Sud-Africaines (56es).  Aussi surprenant qu’il soit, ce succès face au Ghana peut – en partie – s’expliquer par les efforts consentis par la Fédération algériennes pour mettre ses joueuses dans les meilleures conditions. Au mois de septembre, elles avaient été réunies pour passer des tests médicaux. Avant le début de la compétition, elles ont eu le droit à un stage de préparation de deux semaines en Afrique du Sud. « Le foot féminin a vraiment évolué en Algérie depuis qu’on a fait la CAN en 2010, nous confiait Lydia Miraoui avant son départ. Niveau financier, on est payé à chaque stage. Avant, les filles venaient en sélection gratuitement. Pour la CAN 2014, on a joué les qualifications contre la Tunisie et le Maroc, on a gagné tous nos matches. On a eu une grosse prime par rapport à ça. Les choses ont évolué, c’est bien », se réjouissait-elle.

Viser le top 3 pour disputer le Mondial

Lydia Miraoui assure que l’Algérie possède « une très bonne équipe ». « Le sélectionneur a retenu plusieurs filles qui évoluent en France – Miraoui, Myriam Benlazar (FC Toulouse), Sabrina Labiod (AS Muret) et Fayrouz Benyoub (Muret) – afin d’améliorer le niveau de l’équipe », argumente la milieu défensive. Même si le parcours sera difficile, les Algériennes ont en tête d’imiter leurs homologues masculins qui avaient créé la surprise en se hissant en huitièmes de finale du dernier Mondial. Elles visent ainsi une place dans le trio de tête, ce qui leur permettrait de disputer la Coupe du monde canadienne l’an prochain, une première dans leur histoire. « Il faut se donner les moyens d’y arriver », prévient Lydia Miraoui. Pour pouvoir continuer de rêver, les Algériennes devront aller chercher un nouvel exploit, aujourd’hui, contre le Cameroun.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85