«Revitalisation de la Casbah»

Jean Nouvel, «étonné» par la controverse

20 Jan 2019
1205 fois

Jean Nouvel sort finalement de son silence. L’architecte français, désigné par la wilaya d’Alger pour “revitaliser” la Casbah à la charge de la Région Ile-de-France, a répondu à la lettre signée par plus de 400 personnes, principalement des architectes, urbanistes et des universitaires. Un de ces signataires a annoncé sur MediaPart avoir reçu une réponse de la part de l’architecte français, dont la désignation a suscité une vive polémique en Algérie et ailleurs. Jean Nouvel a affirmé dans sa lettre que la majorité des signataires “ne (le) connaissent pas”, se permettant de rappeler sommairement son “curriculum vitae”. La désignation de l’architecte français en décembre 2018 à la tête d’un projet de rénovation de la Casbah a suscité la colère, tant chez les architectes, qui se sont “indignés” que chez les citoyens, historiens et journalistes, algériens et étrangers, notamment français. Plus de 400 personnes, algériennes et françaises, ont écrit une lettre ouverte à Jean Nouvel, lui demandant de se retirer du projet. La controverse avait même poussé la wilaya d’Alger à réagir, livrant des précisions à propos de la convention tripartite signée avec le Conseil régional d’Ile-de-France et les Ateliers “Jean Nouvel”. Quelques semaines plus tard, c’est au tour de Jean Nouvel de réagir via une lettre, adressée aux 400 signatures de la lettre ouverte lui demandant de se retirer.“Un curriculum vitae sommaire ”L’architecte français a tout de go affirmé que la majorité des signataires de la lettre ouverte “ne (le) le connaissent pas”. ”(Ils) m’imaginent comme un autre, tant les suspicions sont nombreuses : colonialiste ? Affairiste ? Gentrificateur ? Incompétent ? Prédateur ? Étranger ? Profiteur ? Amnésique ?”, s’interroge-t-il. Jean Nouvel, ”à la lumière des lettres” qui lui ont été adressées et des tweets publiés à son sujet, s’est ainsi permis de rappeler qui est-il. “Ce n’est pas un autoportrait. Simplement, c’est un curriculum vitae sommaire et orienté sur la situation présente”. Après avoir rajouté être “un homme de convictions et d’engagements”, l’architecte a retracé son parcours de 50 ans, depuis les années 1960 à maintenant, pour expliquer son étonnement de “lire que tant de professionnels de la profession soient contrariés du choix d’un architecte comme (lui) pour réfléchir sur une thématique de même ordre pour la ville d’Alger”. “Dans les années 1960, admis à l’Ecole des Beaux-Arts en section architecture, j’ai été choqué par l’idéologie dominante qui marquait tous les projets : le style international, le même style pour tous les pays, pour toutes les villes, pour tous les climats, toutes les cultures… J’ai été aussi sidéré par le fait que tous les projets se développaient sans localisations, sans terrains, sans contextes”, a écrit Jean Nouvel. “J’ai été aussi sidéré par le fait que tous les projets se développaient sans localisations, sans terrains, sans contextes… Aujourd’hui, cette idéologie a triomphé, mais je continue à la combattre. 

Dernière modification le samedi, 19 janvier 2019 20:15
Évaluer cet élément
(3 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85