El Milia : Ils revendiquent un emploi

Sit-in de jeunes chômeurs devant le complexe sidérurgique de Bellara

16 Juil 2017
160 fois

Le marché de l’emploi à travers le territoire national, particulièrement au niveau de la wilaya de Jijel, est très instable. D’une part, les entrepreneurs se plaignent d’un manque de main-d’œuvre qualifiée pour mener à terme leurs projets, et d’autre part des milliers de jeunes, diplômés ou non, sont au chômage. Un paradoxe qui reste inexpliqué. Hier, des dizaines de jeunes chômeurs de la wilaya de Jijel ont observé un sit-in devant le complexe sidérurgique de Bellara pour réclamer des postes de travail. Ils revendiquent l’application de l’article 55 de la Constitution qui stipule que «tous les citoyens ont le droit au travail». Ils se disent en outre «déterminés» à rester sur place jusqu’à satisfaction de leur revendication. «Nous sommes là pour arracher un droit constitutionnel. Nous avons choisi de revendiquer ce droit pacifiquement, mais regardez la réaction des responsables de cette usine ! Ils n’ont même pas voulu nous recevoir. Nous sommes restés ici sous un soleil de plomb qui a dépassé les 40 degrés sans qu’il y ait la moindre communication. En un mot, aucun responsable de l’usine n’est venu nous parler», s’indigna Mohamed, un des protestataires , technicien de formation habitant El Milia. «Nous réclamons du travail, uniquement du travail, nous sommes tous des diplômés. Nos familles en ont marre de nous. Ils nous ont tout donné pour qu’on puisse étudier convenablement, mais hélas, ce sont ceux qui ont des ‘’épaules’’ qui ont droit au travail !», a-t-on signifié. L’un de ces grévistes a été transporté, nous dit-on, par les éléments de la Protection civile vers l’hôpital Bachir Mentouri de la ville d’El Milia. «Il est gravement malade. Il vient de passer la nuit à l’hôpital car il n’a pas pu supporter la chaleur », précise-t-on.    Le chômage est le problème majeur dont souffre la masse juvénile qui ne sait plus à qui s’adresser, pour disposer d’un poste de travail.  «Nous sommes les oubliés de l’Etat! Notre espoir s’est fané avec le temps», ont indiqué certains jeunes. Il est à rappeler que ces jeunes désœuvrés ont procédé à maintes reprises à des protestations dans la rue afin de dénoncer la précarité de leur situation.

M. Bouchama

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85