Election présidentielle

Entre suspicion et indifférence

19 Avr 2014
272 fois

C’est  un climat de suspicion qui a marqué, jeudi, les élections présidentielles dans la troisième ville du pays. C’est  du moins l’impression qui s’est dégagée des  quelques bureaux de vote qu’on a visités. Toutes les personnes que nous avions pu interroger craignaient, à dire vrai, des débordements, voire des dérapages, lors de ce scrutin. D’où l’explication du taux de participation enregistré dans certains bureaux de vote, nous confia, sous couvert d’anonymat un chef de bureau. A 18 heures, le taux de participation, dira-t-il, avoisinait les 36%. Un chiffre qui en dit long sur le peu d’engouement affiché par la population locale. C’est un taux expliquant, aussi, le marasme et l’indifférence d’un électorat vis-à-vis d’une classe politique en déphasage avec toutes ses préoccupations majeures. Celles-ci se résument, en général, a tenu à dire un  électeur, un jeune âgé de 31 ans, rencontré au centre de vote Ibn Zaidoune, à Daksi Abdessalem, en un poste de travail stable et un toit lui permettant de fonder un foyer. Le reste, selon lui,  n’est que secondaire. Certes, on s’intéresse à la politique et au sort de notre pays, a-t-il tenu à ajouter, mais dans la vie il y a des priorités auxquelles il faudrait accorder de l’importance. Le témoignage de ce jeune n’est, en fait, qu’un exemple illustratif d’une jeunesse frustrée et trahie à la fois, des années durant. Entre boycotter et participer à ce scrutin, il était vraiment partagé entre les deux choix pour, en fin de compte, opter pour le deuxième sans donner, précisa-t-il, sa voix à aucun des six candidats. C’était sa façon à lui de faire de la politique en cette conjoncture difficile que traverse l’Algérie. Loin des surenchères politiciennes des uns et des autres, ce jeune électeur a tenu à dire ce qu’il pense et  ce qu’il attend, effectivement, de ces élections présidentielles. Un avis que  Ramy et Zaky, deux jeunes chômeurs, partagent. Ces derniers, qui ont voté pour la première fois, n’ont pas caché leur déception de certains discours qu’ils qualifient d’illusionnistes. Que le président élu soit à la hauteur, des aspirations légitimement exprimées par l’ensemble de la société. On en a marre des fourberies et des tromperies, ont-ils tenu à préciser.

M. Kherrab

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85