Malgré le Ramadhan

Les étudiants toujours mobilisés

08 Mai 2019
512 fois

La mobilisation populaire pour le départ du système se poursuivra. Les étudiants viennent de montrer la voie, en faisant une démonstration de force en dépit du mois du carême. Contrairement à ceux qui prédisent l’essoufflement du mouvement à l’occasion de ce mois, la détermination des manifestants reste intacte. Des centaines étudiants ont confirmé, hier encore, leur fidélité à leur rendez-vous de mardi. Ils se sont mobilisés massivement à Alger et dans plusieurs universités du pays pour dire que « le peuple ne veut pas de toute la 3issaba (la bande) ». Ils ont réussi une grandiose marche à Alger. Comme à leur habitude, les étudiants ont occupé, durant la matinée d’hier, la place Audin et la Grande Poste. Brandissant des drapeaux, des pancartes et des banderoles, ils expriment leur rejet de la feuille de route du pouvoir. Rassemblés devant la place de la Grande poste, les étudiants contestataires réaffirment « leur attachement à la poursuite de leur mouvement jusqu’à la réalisation de   toutes les revendications soulevées ». Dans ce sens, ils rejettent aussi la prochaine élection présidentielle, maintenue par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah et le chef d’Etat-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah. Ils s’en prennent aussi à ce dernier qui est considéré comme un élément de blocage, car, estiment les manifestants, il empêche la satisfaction des revendications des Algériens. « Had Echaab la yourid, Gaïd Salah wa Saïd (Ce peuple ne veut pas de Gaïd Salah et de Saïd Bouteflika », lancent les manifestants. Les manifestants ont scandé aussi d’autres slogans hostiles au pouvoir : « Les étudiants disent au système dégage! », « les étudiants sont avec le Hirak », « On a dit,  ils doivent partir tous, ils doivent partir! », lancent-ils en brandissant d’autres pancartes brocardant les figures de « la 3issaba » (bande). Brandissant une large banderole, les étudiants ont également appelé à une période de transition avec soit la désignation d’un « homme consensuel pour diriger la transition », en faisant écho à la revendication portée par des figures du mouvement populaire et une partie de la classe politique. « Tant que les principales revendications du Hirak ne sont pas satisfaites, nous continuerons de manifester », affirment aussi les manifestants, rejetant ainsi l’appel du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah au dialogue. Les manifestants qui réclament aussi une justice transitionnelle, rappellent également leur engagement à poursuivre le mouvement jusqu’à la réalisation de toutes les revendications du Mouvement, à leur tête « la   rupture avec le régime politique en place ». Exprimant leur rejet de l’élection présidentielle, prévue le 4 juillet prochain, les étudiants ont affirmé que cette élection « n’est autre qu’une   reproduction du régime politique actuel, notamment avec le maintien de ses symboles ».            

    Samir Rabah

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85