Devant le mutisme de l’Enseignement supérieur

Les résidents dénoncent des intimidations

17 Avr 2018
104 fois

Si le ministère de la Santé dialogue depuis deux mois avec le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), ce n’est absolument pas le cas de celui de l’Enseignement supérieur, dirigé par Tahar Hadjar. Et le CAMRA, qui a repris hier les négociations avec le département de Mokhtar Hesbellaoui, le fait savoir haut et fort. Dans un communiqué, le CAMRA fait part de sa grande « indignation » de voir le département de Hadjar faillir à ses obligations et tourner le dos aux revendications légitimes des résidents, clairement exprimées et adressées à ses services. « C’est avec une indignation légitime que nous, résidents en sciences médicales, dénonçons le mutisme du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, alors que nous sommes en mouvement de grève illimitée depuis cinq mois, et qu’aucune mesure concrète n’a été entreprise afin de répondre aux revendications d’ordre pédagogique, malgré les correspondances et les demandes envoyées au préalable à la tutelle », relèvent-ils dans ce communiqué dans lequel ils expriment leur grand mécontentement quant à la manière de faire du ministère de l’Enseignement supérieur. « En effet, la programmation d’activités pédagogiques (cours, TD et autres) ainsi que tout planning d’examens notamment le DEMS, sans concertation avec les concernés témoigne du mépris, du manque de considération flagrant envers la situation et d’une gestion de la crise, que nous traversons amèrement, purement administrative, complètement détachée et loin de la réalité que déplorent les résidents », relèvent-ils, non sans désolation. Les médecins résidents, représentés par le CAMRA, refusent ainsi d’abdiquer ou de céder à l’intimidation. « Nous, ensemble des résidents en sciences médicales, dénonçons la programmation d’activités pédagogiques, à l’instar du CPRS centre gynéco obstétrique, décision unilatérale et individuelle et sans concertation au préalable, et informons par ce communiqué son rejet catégorique dans son fond et dans sa forme », affirment-ils. « Nous, ensemble des résidents en sciences médicales, réfutons et dénonçons toute menace ou intimidations d’ordre pédagogique, administratif ou judiciaire à l’encontre des médecins résidents à travers le territoire national et réitérons notre engagement et notre détermination à défendre l’ensemble des résidents et demsistes », lit-on dans leur communiqué, imputant l’entière responsabilité au ministre. Les médecins résidents appellent dans ce contexte tendu « les responsables de ces agissements non éthiques à en assumer les conséquences ». Le CAMRA rappelle avec ferveur à travers son bureau national, son attachement au dialogue et à œuvrer à la plus grande mobilisation en vue d’un dénouement juste et définitif de la crise. Il appelle aussi l’ensemble de la corporation à la solidarité, au maintien massif et inébranlable du mouvement de grève, et ce, jusqu’à la satisfaction totale des « revendications légitimes de tous les résidents ». Les médecins résidents, qui ont déjà une année blanche, se disent déterminés à aller au bout de leurs revendications. Une nouvelle rencontre s’est tenue hier avec le ministre de la Santé et les représentants des   médecins résidents. Les représentants des médecins résidents, en grève depuis novembre dernier, ont ainsi continué à discuter de nouvelles propositions du ministère pour rechercher des solutions aux « quelques points restés en suspens ». Les médecins résidents, au nombre de 15.000 au niveau national, revendiquent l’annulation du caractère obligatoire du service civil, la dispense du service nationale, une meilleure formation et la révision du Statut du médecin résident.

Yanis.Belmadi

Dernière modification le lundi, 16 avril 2018 20:01
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85