Présidentielle : Tout en evoquant le rôle de l’armée

Hamrouche ne sera pas candidat

01 Mar 2014
2826 fois

C’est un Mouloud Hamrouche visiblement désabusé et amer qui s’est présenté jeudi après-midi devant une meute de journalistes et des dizaines  de sympathisants pour annoncer sa décision : il ne sera pas candidat à la présidentielle du 17 avril prochain. Il expliquera les  raisons de son choix dans une déclaration à la fois sobre et grave sans jamais prononcer une seule fois le mot élection. C’est qu’il considère qu’en Algérie le mot élection, un mécanisme inventé par les sociétés modernes et démocratiques, n’a pas de sens en Algérie, où le choix se fait en dehors de la volonté populaire, convoquée uniquement pour donner l’habit de la légalité à l’opération. En parlant de choix fait « ailleurs », l’ancien Chef du gouvernement fait allusion à l’institution militaire «  dont je suis issue et où je compte des amis »  Mais pour une fois Mouloud Hamouche, considère que cette institution est soumise. «  Les forces de sécurité, les acteurs politiques et économique sont tous soumis à l’obligation d’allégeance » dénoncera-t-il  en faisant référence au clan présidentiel sans  jamais le citer. « Jusqu’à quand nos forces de sécurité seront la cible  à chaque changement de responsable », renchérit encore le chef de fil des réformateurs  en s’attardant longuement et sur un ton grave sur « l’impasse » dans laquelle se trouve actuellement le système algérien. Sauf que cette impasse il l’a décrit comme « porteuse de menaces dangereuses qui alimente la division et paralyse le fonctionnement des institutions et des hommes » En décodé, un quatrième mandat pour Bouteflika, parce qu’il va prolonger de fait le statut quo actuel va, selon lui, produire des turbulences. L’ex chef du gouvernement de Chadli considère que le problème va au-delà de la personne de Bouteflika dont il se gardera  de citer le nom. Pour lui, le système actuel est obsolète et refuser un changement c’est « vouloir voler le temps des Algériens et plomber les ambitions d’avenir du pays». Mais il insiste : « Le système actuel est dépassé par le temps et les évolutions internes et externes ».Ce système, poursuit-il, « ne peut continuer à gérer un pays  de la dimension de l’Algérie et la vitalité de sa jeunesse »  Mouloud Hamrouche fera au passage un aveu en reconnaissant que l’élection du mois d’avril a provoqué « une crise intra systémique »  Autrement dit, le compromis qui a toujours prévalu n’est pas de mise pour la prochaine échéance. Il reviendra une nouvelle fois à la charge pour dénoncer le « chantage  exercé sur les institutions, les acteurs politiques, économiques et  les associations »  qui les place dans une position d’allégeance forcée. Mais Mouloud Hamrouche avoue ne « pas avoir assez d’éléments d’informations  pour comprendre pourquoi, le système a fait un tel choix (entendre soutien à Bouteflika) Dans ses réponses aux journalistes. Quid de l’avenir ? Hamrouche refuse d’apporter son soutien à quelque candidat que ce soit , ni à se mettre du côté de ceux qui appellent au boycott, pour la simple raison explique-t-il que « la prochaine élection n’a aucun sens » Au sujet des initiatives , comme « la conférence nationale » à laquelle ont appelé certains partis où « initiative populaire du Dr Said Sadi », il donne l’impression de ne pas trop y croire , considérant  que le changement doit d’abord se faire avec le système lui-même, et singulièrement l’institution militaire qui reste « un acteur incontournable » Quad à son avenir personnel Hamrouche n’en parle pas. Mais autant dire que cette conférence de presse est presque son chant du cygne, car pour 2019, ce sera trop tard pour lui.

Omar zekri 

Dernière modification le vendredi, 28 février 2014 23:07
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85