Traitement de l’information liée à l’élection présidentielle

Ali Benflis dénonce la partialité de la télévision publique

27 Fév 2014
3341 fois

Le candidat à la présidentielle du 17 avril prochain, Ali Benflis, s’élève contre le « parti pris flagrant » des médias publics dans le traitement de l’information relative à cette élection. A travers sa direction de campagne, cet ancien Chef du gouvernement, qui mise sur la forte mobilisation de la jeunesse pour franchir le cap de cette élection, dénonce vigoureusement « la partialité » de la télévision publique dans toutes ses déclinaisons en faveur de la candidature du Président sortant, Abdelaziz Bouteflika. Dans un communiqué signé par son directeur de campagne, Abdelkader Sallat, Ali Benflis dit « prendre à témoin l’opinion publique quant au « comportement marqué du sceau de la partialité et du parti pris émanant de la télévision publique qui a délibérément adopté une attitude discriminatoire à l’endroit du candidat indépendant Ali Benflis ». Le directeur de campagne fait état entre autres du traitement réservé par ce média public aux  travaux de certaines formations politiques qui ont décidé d’apporter leur soutien  à la candidature de Benflis. Il relève en effet les commentateurs de la télévision publique qui « ont sciemment omis de citer le nom du candidat affublé étrangement du qualificatif « ...un autre candidat ». Pour Abdelkader Sallat, il s’agit d’une entorse aux règles régissant une élection. Le directeur de campagne de Benflis souligne qu’il ne s’agit pas de la première atteinte à la réglementation. «Cette entorse aux règles élémentaires de l’éthique et de la déontologie et cette violation des sujétions de service public s’ajoutent à  la couverture à minima dont a fait l’objet le candidat indépendant Ali Benflis lors  de sa déclaration de candidature le 19 janvier dernier. Affichant son profond mécontentement, le directeur de campagne de Benflis considère que « de telles pratiques sont de nature à introduire une suspicion légitime sur la volonté de certains médias publics à respecter le droit à l’information du citoyen et  à adopter le principe de la neutralité et de l’impartialité dans la perspective du prochain scrutin présidentiel ». Pour la direction nationale  de campagne, de tels agissements constituent une menace sur la crédibilité et la transparence de la prochaine élection présidentielle. La couverture par la télévision publique des déclarations de candidature à la présidentielle a été, de l’avis de nombreux observateurs, « déséquilibrée » et « orientée ». Si l’annonce de la candidature du président sortant, Abdelaziz Bouteflika a été largement diffusée à la télévision qui l’a passée en boucle toute la journée du 22 février, celles des autres candidats ont été annoncées en quelques mots à la fin du journal télévisé. Sofiane Djilali, autre candidat à la présidentielle, s’est déjà insurgé contre la partialité des médias publics qui n’augure rien de bon pour le processus électoral et qui montre des signes d’une élection fermée et non transparente. Les autorités en charge de l’organisation de cette élection sont donc vivement interpellées si elles veulent donner du crédit à ce scrutin. 

Yanis Belmadi

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85