Braconnage de l’outarde et de la gazelle

Des émirs du Golfe sont de retour !

05 Jan 2014
4970 fois

Interdite par la loi algérienne, la chasse à l’outarde et aux gazelles est ouverte…aux richissimes braconniers du Golfe. Plusieurs sites d’information ont donné l’alerte hier. Des émirs du Golfe ont débarqué, depuis le début du mois en cours, dans plusieurs régions des Hauts-Plateaux pour pratiquer leur sport préféré : la chasse à l’outarde et aux gazelles. Selon les mêmes sources qui citent des témoins dans les régions en question, les émirs en question sont arrivés par vols spéciaux dans les petits aéroports de l’intérieur du pays. Et les autorités leur offrent toute la protection nécessaire et toutes les commodités pour venir chasser ces espèces protégées et en voie d’extinction. « Les émirs et autres riches des pays arabes viennent par avion spécial avec tout le nécessaire. Une fois arrivés, ils sont escortés par d’impressionnants escadrons de la gendarmerie dans le désert », explique un élu local à Ghardaïa, cité par plusieurs sites d’information. Munies « de Kalachnikovs, de serviteurs pakistanais et de femmes de jouissance et de toutes la logistique nécessaire », les fortes délégations des riches du Golfe se dirigent, selon les mêmes témoignages, notamment à El Bayadh et Béchar où l’ont trouve généralement l’outarde. Dans ces deux régions, la direction générale des forêts, rappelons-le, a procédé, il y a quelques mois, à une lâchée des outardes pour repeupler la région et éviter l’extinction totale de l’espèce. Pourquoi alors autoriser des étrangers à venir chasser des espèces menacées ? Les lois algériennes ne sont-elles pas applicables aux émirs du Golfe ? Il est à rappeler, la loi nationale protège en tout 73 espèces, dont l’outarde et la gazelle. L’outarde, par exemple, est protégée par des conventions internationales et en Algérie par le décret n°083-509 du 20 août 1983 renforcé par l’arrêté du 17 janvier 1995. Qui autorise ces braconniers à venir chasse en Algérie en piétinant les lois de la république ? Cette problématique a été soulevée plusieurs fois. Des défenseurs de la faune ont dénoncé, à plusieurs reprises, l’arrivée de ces émirs richissimes qui ont déjà décimé l’espèce de l’outarde dans l’Arabie. Selon ses militants, une fois en Algérie, ces émirs braconniers se partagent la vaste région du sud du pays, qui s’étend sur une distance de 2 500 km allant de la zone de Oued Namous (Béchar) et Labiodh-Sidi-Cheikh (El-Bayadh), jusqu’à Biskra, en passant par Metlili (Ghardaïa), Laghouat, Djelfa et Ouargla. Quelle sera la réaction des autorités face à ce nouveau scandale ?


Samir Rabah

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85