Bouteflika signe la loi de finances 2014

L’Armée et l’Intérieur se taillent la part du lion

31 Déc 2013
4992 fois

Lors d’un Conseil des ministres présidé par le Président Bouteflika, la loi de finances 2014 a été signée hier. Elle s’inscrit dans la continuité du programme de soutien à la croissance économique et de la mise à niveau des indicateurs sociaux et humains. n R.C/Agence

 

Ainsi, la consolidation de la croissance est projetée à un taux de 4,5% et 5,4% hors hydrocarbures permettant de poursuivre la résorption du  taux de chômage qui a évolué de 30% en 1999 à 10% en 2012, indique une note du ministère des Finances. 

De même, le taux d’inflation, stabilisé à 3,5%, permet de conforter le pouvoir d’achat des ménages, qui, au vu des enquêtes de l’ONS, s’est  traduit sur 5 ans par une multiplication par 3 des revenus et un doublement de  la consommation, de renforcer  les transferts sociaux à la population par près de 9% du PIB, tout en maintenant une politique de soutien des prix des produits alimentaires, du logement, de l’énergie et en assurant la gratuité des soins et de l’enseignement. L’action de confortement des revenus des ménages se lit aussi dans la croissance des régimes indemnitaires avec une masse salariale qui représente près de 50% des dépenses de fonctionnement de l’Etat, souligne la note. Le soutien de l’Etat s’apprécie également dans le confortement des dispositifs de solidarité (FAS- projet de développement communautaire) représentant près de 50 milliards de DA en 2014. Les dispositifs en faveur de la santé des citoyens, outre les mesures en vigueur, bénéficieront de la réception de 74 nouvelles structures de santé en 2014 et des moyens financiers y afférents ainsi que d’une enveloppe affectée au seul traitement anticancéreux. Tout en maintenant un niveau de dépenses d’équipement nécessaires pour conforter les réalisations effectuées au titre des 3 programmes quinquennaux précédents, le loi de finances pour 2014 prône la sécurisation des équilibres financiers internes et externes de l’Algérie, dans un monde en crise et un contexte de déclin de la croissance mondiale. Dans cette optique, les dépenses vont croître de 11%, les recettes fiscales de 10,4%, alors que l’épargne publique devrait s’établir à 30% du PIB et la position financière extérieure du pays sera renforcée.

Poursuite du soutien à l’investissement

Outre les mesures de soutiens financiers alloués au titre des investissements (sur les plans fiscal, douanier, domanial, bancaire), cette loi de finances accorde plus de soutien à l’acte d’investissement. Ainsi, aucune décision ne sera requise pour bénéficier des avantages offerts jusqu’à un seuil de 7,5 milliards  de DA (soit 3 fois qu’auparavant). De même, aucun agrément ne sera requis  pour les investissements seuls ou en partenariat, alors que les avantages au titre de la réalisation de l’investissement ne seront plus plafonnés dans la durée, explique-t-on. En outre, des avantages additionnels seront accordés aux productions assurant un taux d’intégration supérieur à 60%. Ces mesures, entre autres, se complètent avec une nécessaire plus grande implantation des banques sur tous les points du territoire.Ce cadre de facilitation qu’offre la LF 2014 s’appréciera ainsi au plan de la trésorerie des opérateurs qui ne seront plus soumis qu’à un dépôt de 25% entre les mains de notaire sur toutes transactions, et leur financement sera renforcé pour l’accès aux marchés financiers qui bénéficiera d’exonération fiscale. “Le rôle régulateur de l’Etat nécessite qu’il anticipe des événements pouvant déstructurer un marché, induire des hausses de prix, favoriser des pertes de concurrence ou casser des industries naissantes”, souligne la même source. Ainsi, des avantages fiscaux seront accordés sur différents produits de consommation finale ou intermédiaire, telle la filière avicole, des exonérations de douanes et de TVA sur le minerai de zinc, sur les intrants à la  production sidérurgique, exonération de la taxe de circulation des remorques  produites localement, exonération de l’IBS sur l’urée, l’obligation faite aux concessionnaires automobiles d’investir dans un délai de 3 ans. D’autre part, notons que les départements ministériels qui se taillent la part du lion sont ceux de la Défense nationale et de l’Intérieur et collectivités locales.

Dernière modification le lundi, 30 décembre 2013 20:26
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85