ISLAM DE FRANCE

L’Algérie perd la tête du CFCM

24 Jui 2013
6524 fois

La Grande mosquée de Paris (GMP) rentre lentement mais sûrement dans ses petits «souliers» de simple faire valoir d’une obédience algérienne qui a perdu de sa superbe. En effet, déjà minoritaire au sein du conseil français du culte musulman (CFSCM) où les Marocains ont pu faire élire 25 délégués contre seulement 8 Algériens, la GMP de Dalil Boubakeur vient de perdre également la présidence de cette institution qui lui revenait pourtant presque de droit en vertu de la «sacro-sainte» règle de la rotation. Fort de ses 25 délégués représentants grâce à ses puissantes organisations notamment le Rassemblement des Musulmans de France (RMF) le Maroc a d’abord bloqué l’élection du cheikh Chems Eddine Hafiz lui reprochant d’être l’avocat du Front Polisario, qui lutte pour l’indépendance du Sahara occidental, annexé par Rabat en 1975. La Grande mosquée de Paris s’est alors rabattue sur la candidature de son inamovible recteur Dalil Boubakeur pour le hisser à la tête du CFSM en remplacement du marocain Mohamed Moussaoui. Hier, les membres du CFCM devaient donc entériner l’élection de Boubakeur comme convenu. Mais, coup de théâtre, les Marocain (25 sièges) et les Turcs (07sièges) ont fait bloc pour exiger plus de délégués au sein de la direction. «A la réunion d’aujourd’hui, les Marocains et les Turcs ont demandé plus de postes que prévus dans l’accord d’hier au sein de la direction collégiale », a déploré M. Abdellah Zekri, membre de la Grande Mosquée de Paris. Ne pouvant rien faire, la délégation de la GMP a claqué hier la porte du CFCM. «Nous avons quitté la réunion du Conseil d’administration parce qu’on s’est aperçu qu’il y a eu une alliance stratégique entre Marocains et Turcs contre la Grande mosquée de Paris remettant en cause un accord que nous avons conclu hier pour sortir de l’impasse vers laquelle le CFCM se dirigeait », a déclaré à l’AFP Abdallah Zekri. C’est dire que si les choses restent en l’état, l’Algérie n’aura plus de représentants au sein du conseil français du culte musulman. Et, c’est forcément son influence qui en prend un coup dans la galaxie islamique de France. L’échec de trop de Dalil Boubakeur Plus généralement, cet échec cuisant de la grande Mosquée de Paris lors du renouvellement de la composante du CFCM le 8 juin dernier, puis à faire élire l’un de ses membres à sa tête, confirme le reflux du poids diplomatique de l’Algérie en France par rapport au Maroc. Pourtant, le nombre de ressortissants algériens en France est nettement plus important que celui du Maroc. Mais en terme d’organisation et de lobbying, il n’y a pas photo… L’éternel président de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, n’a pas fait grand-chose pour rendre l’islam algérien plus visible dans l’Hexagone. Il passe son temps à réclamer davantage de moyens et d’argent de l’Etat algérien alors que sa mosquée peine à se faire entendre. Pour les organisations marocaines, notamment l’OIF et la RMF, Dalil Boubakeur constitue un bon «client» qui lui permet de régner encore sur le CFCM. Ce dernier qui a été créé en 2003 par l’ex-ministre de l’Intérieur, un certain Nicolas Sarkozy, pour représenter les quelques 3,5 millions de musulmans vivant en France, est devenu un appendice de la diplomatie marocaine. Il va de soi que l’échec de la GMP est aussi quelque part celui de l’ambassade d’Algérie en France qui n’a pas su et pu «orienter» les animateurs de la Mosquée de Paris pour servir l’islam algérien et non pas s’en servir pour s’afficher dans les salons parisiens.

 

Hamid Merakchi

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85