L’empire des voleurs

09 Juil 2020
398 fois

C’est à perdre le souffle ! Les chiffres stratosphériques de crédits dont a bénéficié l’océan Tahkout et les préjudices financiers qu’il a provoqué au Trésor publics grâce à ses parrains, soulignent à grands traits le drame algérien des années Bouteflika. Ceux qui ont suivi hier au tribunal de Sid M’hamed les péripéties du procès de l’empire Tahkout, ont dû avoir le vertige. Et pour cause ! Jugez-en : l’huissier du Trésor public a révélé lors de l’audience que le dénommé Mahiédine Tahkout a engendré des pertes financières, au détriment de l’État, estimées à 30 000 milliards de centimes. Oui, vous avez bien lu, trente mille milliards de centimes ! Et ce n’est pas fini. Celui qui a été présenté par les Ouyahia, Sellal et toute la clique de Bouteflika comme un honnête investisseur et producteur de véhicules, a transféré entre les années 2017 et 2019, vers l’étranger la somme, tenez-vous bien, d’un milliard et 198 millions (1. 198. 000.000) de dollars ! Comment, diantre, le citoyen lambda qui boucle difficilement ses fins de mois, pourra désormais, faire confiance à l’Etat et ses représentants quand il entend ces sommes mirobolantes puisées par cet ancien vendeur de poulets des caisses du Trésor public ? On pensait qu’avec le scandale de Khalifa, l’Algérie allait peut être rompre avec ce système basé sur la rapine et qui a saigné l’Algérie à blanc. Il s’avère malheureusement que ce n’était que de la monnaie de singe comparé aux scandales dignes d’une maffia, œuvres d’hommes d’affaires véreux, fabriqués et protégés par les tenants d’un pouvoir politique aux allures criminelles ;On comprend mieux, aujourd’hui, pourquoi cette race de rapaces et de voleurs conjuguaient à l’infini les mandats présidentiels au profit d’un homme cliniquement et mentalement fini. Il est rageant de découvrir ces chiffres horribles au moment où l’Etat fait face à une crise financière qui risque de le renvoyer au FMI ou de recourir à la planche à billets pour assurer son fonctionnement. Au-delà de ces grands délinquants économiques que sont les Tahkout, Haddad, Oulmi, Mazzouz., c’est en effet le procès du système Bouteflika voire du système tout court qui se déroule sous nos yeux. Il est pour le moins osé de demander aux Algériens de «serrer la ceinture» pour faire face à des jours difficiles, quand ils découvrent cette incroyable faillite de l’Etat, ainsi étalée sur la place publique. Il est clair qu’il ne suffira pas de faire payer à ses affairistes et leurs mentors politiques, leurs méfaits par des années de prisons ? Il va falloir aller chercher cet argent planqué dans des banques étrangères. Le président Tebboune avait déclaré qu’il savait où était caché cet argent et qu’il avait un plan. Le peuple attend…

Imane B

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Plus dans cette catégorie : « Détente Allah Yestar… »

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85