Film d’horreur…

28 Mai 2020
141 fois

Il a suffi d’un documentaire -mal documenté d’ailleurs- sur le Hirak, pour que la Toile algérienne s’enflamme. Et pour cause ! Ce film censé raconter d’après son titre racoleur «Algérie mon amour», objectivement le Hirak populaire algérien a finalement hystérisé de nombreux internautes qui y ont vu  un coup tordu de la France. Voire un coup de main au pouvoir dans sa volonté de réduire le sursaut citoyen à sa plus simple expression. Et pour le coup, ce «produit» mal emballé, n’est pas loin, en effet, de servir de témoin à charge  contre la «Révolution du sourire». Tout le monde est choqué de découvrir la lecture biaisée de France 5 qui réduit le mouvement au mieux à une mal vie de la jeunesse algérienne au pire à une crise d’adolescence. Les images des quelques ados -filles et garçons- «bronchés», causant allègrement sur la terrasse d’un immeuble à Alger, fumant et buvant de l’alcool à volonté, ont terriblement choqué. On a en effet poussé le ridicule jusqu’à filmer un jeune faire un bisou à sa copine qui tenait une bouteille de bière. Il est aisé d’imaginer la réaction de nos pères et nos mères face à ces images venues d’ailleurs…Et quand ces jeunes, enrôlés dans ce rôle peu glorieux, se présentent comme étant des inconditionnels du Hirak, le parallèle est vite fait et la conclusion fuse comme une fatalité. C’est donc cela le Hirak ? La question coule de source. L’alcool, le sexe, la frustration et la volonté d’aller dans un ailleurs meilleur, seraient les principaux carburants de ces millions d’Algériens qui ont marché pendant une année. Forcément ces images tombent comme des couperets sur les têtes des marcheurs du vendredi et de mardi, qui aspirent à une autre Algérie ; ou la liberté se conjugue à tous les temps et tons, sans qu’elle ne soit évidement assimilée à une anarchie. C’est ce regard dégradant et blessant posé sur le Hirak et ses animateurs qui ont provoqué cette onde de choc. Ce documentaire, qui n’en est pas un professionnellement parlant, serait passé inaperçu si les télévisions algériennes, privées et publiques, avaient la latitude de travailler librement et objectivement sur ce genre de thématiques clivantes. Mais la nature ayant horreur du vide, les Algériens étaient scotchés hier au petit écran de France 5 dans l’espoir de voir un travail professionnel qui rend objectivement compte de ce qui s’est passé  depuis la chute de Bouteflika. Mais leur déception est à la mesure de leurs espoirs sur la qualité de ce produit «made in France». Eh oui ! Les Français ont tout à fait le droit de choisir les visages, les personnages et les paysages qui cadrent avec leur vision hautaine de l’Algérie et des Algériens. A nous d’apprendre de ne pas nous regarder avec les yeux des autres.

Imane B 

Dernière modification le jeudi, 28 mai 2020 00:43
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Plus dans cette catégorie : « Coup de force Retour du refoulé »

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85