Le choix

28 Mai 2019
155 fois

Que dira donc le chef d’État-major de l’armée Ahmed Gaid Salah aujourd’hui à partir de Tamanrasset ? C’est la lancinante question que l’on se pose à la veille de chaque discours du patron de l’armée qui s’est imposé de fait comme le vrai chef de l’Etat. Une fois n’est pas coutume, Gaid Salah se retrouve sur la défensive. Frontalement et massivement attaqué vendredi dernier dans plusieurs régions du pays lui reprochant ses liaisons avec le système, le général devrait réagir. De la tonalité de son discours dépendra la suite des évènements. Si Gaid adopte un ton conciliant à l’égard du peuple et annonce une mesure qui va dans le sens de l’application des articles 7 et 8 de la Constitution, sans doute que les manifestants vont le lui «vendredire». A contrario, s’il se barricade derrière sa posture martiale, d’un chef de l’armée menaçant, la guerre froide promet de se poursuivre de plus belle. Le report quasiment acté de la présidentielle pour le 4 juillet est en effet un fait politique qui suppose un éclairage de la part du patron de l’armée. Alors que des juristes estiment que le président de l’Etat Bensalah a toutes les chances de rester au palais d’El Mouradia encore 90 jours, Gaid Salah est tenue de livrer les grands axes de la feuille de route de l’État-major.   Etant la seule institution fonctionnelle crédible, l’armée gagnerait à dépassionner les débats avec le peuple qu’elle prétend représenter. Les discours tonitruants de son chef Gaid Salah ne participent pas à cet effort visant à détendre l’atmosphère.  En s’en prenant aux millions d’algériens qui marchent et qui pointent ses dérobades politiques, Gaid Salah a ouvert inutilement un front dont il se serait passé bien volontiers, alors même que les arrestations spectaculaires suscitent moult appréhensions. Il y a en effet un risque que son ton cru ne déteigne sur la relation affectueuse qu’entretient le peuple avec son l’armée. C’est dire que chaque mot du discours d’aujourd’hui sera pesé et soupesé en ce qu’il décline un plan et une vision de l’Algérie de demain. Une Algérie qui n’est pas forcément celle qu’imagine cette formidable jeunesse des campus qui défile aujourd’hui dans toutes les villes du pays pour une Algérie libre, démocratique et heureuse. Pas sûr que Gaid Salah et consorts partagent le même idéal.  Et ce serait vraiment dommage de tenter de barrer la route à cette jeunesse qui aspire à reconstruire son pays sur des bases solides fondées sur la liberté, le mérite, la compétence et la démocratie. «Celui qui a perdu son temps ne doit pas profiter de celui des autres», nous enseigne un adage bien de chez nous. 

Imane B

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Plus dans cette catégorie : « Dialogue Monologue »

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85