Dépenses publiques

Carton rouge de Djerad

24 Jan 2021
1745 fois

C’est connu, l’administration algérienne, qu’elle soit au niveau central ou local est réputée pour sa propension dépensière, se saisissant de tout prétexte pour trouver les occasions de jeter l’argent du contribuable par la fenêtre. Sauf que la situation financière du pays, qui se trouve au bord de l’asphyxie financière, ne permet plus ce genre de comportement qui confine à une forme de criminalité qui n’est pas définie dans le code pénal. Notre administration, malgré les alertes récurrentes des experts, prisonnières de leur addiction à leur instinct de prodigalité continue de faire comme si nous vivions encore à l’ère du pétrole à 150 dollars, comme dans les années deux mille. Devant une telle situation qui relève juste de l’incurie, le Premier ministre a estimé devoir rappeler à l’ordre ses ministres en leur adressant ne instruction qui a tout l’air d’un carton rouge. En effet, Abdelaziz Djerad vient d’adresser une instruction à tous les membres du Gouvernement les invitant à une plus grande austérité dans la gestion des dépenses publiques qui doivent désormais être réduites, selon lui, au minimum des minimums, au vu de l’état des finances du pays. «L’analyse des données liées à la situation financière de la fin de l’année 2020 confirme la tendance baissière des réserves des liquidités du Trésor public, écrit Abdelaziz Djerad, aussi je demande aux ministres de prendre des dispositions nécessaires pour réduire les dépenses» Dans cette instruction dépêchée aux administrations centrales et locales, le Premier ministre fait un listing des dépenses appelées à subir un coup de rabot salvateur, à savoir les factures d’eau, d’électricité, le téléphone fixe et portable «pour éviter tout gaspillage»», écrit Djerad. Mais pas que, puisque le Premier ministre cible aussi les grandes messes qui sont autant d’occasions pour la dépense facile, invitant les membres du Gouvernement à oublier les congrès, conférences nationales et autres journées d’étude dont les recommandations sont généralement destinées à dormir tranquillement dans les tiroirs de l’Administration. Opter désormais pour les visioconférences, insiste Abdelaziz Djerrad qui ordonne pour que les sorties sur le terrain soient limitées au strict minimum avec nécessité de réduire les membres des délégations lors des déplacements et l’utilisation des moyens de transport collectif pour faire des économies de carburant». Finis donc les cortèges kilométriques avec voitures rutilantes et services de sécurité (police, gendarmerie en gyrophare) pour permettre le passage des officiels, souvent accompagné par le blocage de la circulation pour les citoyens lambda. Reste à savoir si cette instruction sera suivie d’effet, sachant qu’au tout début de sa prise de fonction, Abdelaziz Djerrad, à la demande du président Tebboune, avait déjà appelé à la « rationalisation des dépenses ». Un appel visiblement fait dans le désert, ce qui justifie, cette nouvelle instruction.

H.Khellifi

Dernière modification le samedi, 23 janvier 2021 20:38
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85