Journée mondiale du livre

Les auteurs d’ouvrages et les artistes face à des contraintes

22 Avr 2019
166 fois

Célébrée de par le monde demain 23 avril 2019, la journée mondiale du livre et du droit d‘auteur, semble susciter peu d’intérêts chez nous où ce type de manifestations culturelles passe généralement inaperçu. En effet, peu d’activités sont organisées pour défendre les droits de auteurs. Relevant des Nations-Unies, l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) se charge sur le plan international à régulariser tout ce qui a trait à la propriété intellectuelle avec la confirmation de brevets, marques, dessins et modèles au nom de leurs réels concepteurs. En Algérie, l’Office national des droits d'auteurs et des droits voisins ( ONDA), dont le siège est à Alger, a pour mission de protéger les intérêts moraux et matériels des auteurs. Mais cet organisme, trouve beaucoup de difficultés face à la contrefaçon et au plagiat pratiqué par des opportunistes qui attendent qu’un livre ou qu’un CD de musique sorte pour en faire des copies qu’ils écoulent au marché noir. Cet état de fait laisse apparaître que la créativité intellectuelle et artistique ne bénéficie ni aux auteurs, ni aux paroliers, ni aux éditeurs, mais à des groupes d’individus qui gravitent dans cette sphère. Dans la wilaya de Batna, les auteurs versés dans le domaine littéraire et artistique, dénoncent avec fermeté le piratage et le plagiat, et insistent sur le fait que les pouvoirs publics les protéger contre ce phénomène qui les empêche de gagner le peu d'argent qu'ils méritent. Sachant que la plupart d’entre eux éprouvent, par les temps qui courent, d’énormes difficultés à joindre les deux bouts dans un environnement rigide où la culture et l'art sont relégués au second plan et ne rapportent presque rien. Surtout qu’aujourd’hui, avec les grands progrès réalisés dans le domaine de la communication et de l’audiovisuel incluant l’Internet, le face book, les radios ainsi que les sites et journaux électroniques, le livre en tant que document écrit et vendu des librairies, a un champ d’influence de plus en plus réduit conduisant au recul de la lecture. Les chaînes T.V et autres moyens d’information et de divertissement ainsi que les exigences de la vie moderne où tout est engagé rapidement, laissent peu de temps à la majorité des citoyens de réserver du temps à lire les livres et romans. En relief à cela, peu d’actions sont menées pour encourager les intellectuels à évoluer. Des aides financières, des soutiens financiers et des facilités sont accordées à pratiquement toutes les catégories sociales dont des fonctionnaires, des porteurs de projets et des agriculteurs auxquels des dettes sont effacées mais jamais aux auteurs. L’acte culturel accuse un grand coup et fait en sorte que les jeunes même doués dans l’écriture et la créativité intellectuelle évitent d’emprunter le couloir de la littérature qui ne rapporte rien et ne considèrent la production d’écrits que comme un passe-temps. 

N. Bakha

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85