Complètement restaurée

La mosquée «Abou Marouane» bientôt rouverte

18 Fév 2019
623 fois

Après des années d’attente, d’inquiétude et d’impatience, les habitants de la Vieille -ville en particulier et ceux de Annaba en général se félicitent de l’approche de la réouverture de la Mosquée Abou Marouane, restaurée et rénovée. La Direction des affaires religieuses a enfin annoncé la fin des travaux de restauration de ce monument historique et hautement symbolique de la ville et a déclaré que la date de sa réouverture pour la prière sera proche. A rappeler que la lenteur des travaux d’aménagement ont fait réagir les riverains ce qui a poussé l’ordonnateur, en l’occurrence la direction des affaires religieuses, à faire pression sur l’entreprise d’exécution pour renforcer l’effectif des travailleurs et améliorer leur équipement. Il a fallu également l’intervention de la wilaya pour accélérer le rythme des travaux et permettre une réouverture dans les délais du fait de sa valeur hautement symbolique. La mosquée est un témoin de toute une histoire de la ville. Son concepteur, Abou Leith El Bouni, disposait du fort de Fousala entièrement creusé dans un rocher et qui consistait en l’un de ces fameux ribats s’échelonnant le long du littoral nord-africain. Abou Leith a opté pour le surélever d’un masdjid dont le minaret, dans un but stratégique et défensif, devant aussi scruter l’horizon et observer le mouvement lointain des vaisseaux ennemis qui viennent de la mer. C’est en 1947, une fois l’édifice rendu au culte musulman après avoir été inféodé pendant 115 ans aux services sanitaires de l’armée, qu’un autre architecte, Abdel-Baki Derdour, entreprit outre l’adjonction d’une autre salle, désormais au nombre de seize, l’édification de cette porte devenue indispensable pour une masse de fidèles plus importante. Vingt années plus tard, exactement le 17 Rajeb 1388 correspondant au 26 octobre 1968, des personnalités du culte venues de tous les pays d’Islam fêtèrent le millénaire hégirien de la mosquée construite en l’an 388. Un an auparavant, à la suite des travaux de consolidation des assises basses de l’édification, antérieurement ébranlées par l’exploitation de 4000 tonnes de bombes à bord d’un navire, on y découvrit un modeste trésor composé de quelque soixante lourdes pièces en or qui furent remises au musée national d’Alger.

Zarrougui Abdelhak

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85