Quartier «Choumarelle 2»

Colère des demandeurs de logements

09 Fév 2016
294 fois

Des dizaines d’habitants du quartier «Choumarelle 2» au chef-lieu de la wilaya ont manifesté, hier matin devant le siège de la wilaya, pour exprimer leur colère contre «l’ignorance» dont ils sont victimes en matière d’attributions de logements. Les citoyens en colère dénoncent le fait que «des habitants des bidonvilles, fraîchement installés à Annaba, bénéficient du programme de logement social», tandis qu’eux, «habitants de longue date» soient écartés et laissés pour compte. De ce fait, ils exigent d’être intégrés dans le programme de résorption du logement précaire (RHP) et qu’ils soient prioritaires par rapport aux bidonvilles. A rappeler que durant les dernières années, des affrontements ont opposé lesdits habitants et les forces de l’ordre lors de sit-in devant les sièges de la daïra et de la wilaya. Ces évènements se sont soldés, souvent, par l’interpellation de plusieurs personnes. Le motif des protestations est constamment la teneur des listes des attributaires des logements sociaux. Les routes ont été également bloquées par des pierres, des pneus brûlés ainsi que des objets hétéroclites. «La situation restera tendue tant que les autorités locales n’ouvrent pas les canaux du dialogue avec les habitants et leurs représentants», a souligné Amar Maoui, président de l’association « El-Wiam » du quartier. Selon lui, des demandes d’audiences ont été signifiées au wali de Annaba, «sans résultat». A relever que «Choumarelle 2» constitue l’un des points noirs de la ville de Annaba en matière de conditions de vie. S’étalant sur une superficie de 15 ha, il abrite plus que 600 familles selon des chiffres en-deçà du réel. Les réseaux d’assainissement n’ont pas bénéficié de réparation et encore moins de renouvellement depuis leur installation, il y a des décennies. Le risque très élevé d’inondation de ce quartier a multiplié les incidents mortels durant les périodes pluviales de l’année. Les appels de secours de la population restent sans réponse. La promiscuité a engendré l’apparition de maladies infectieuses indignes de la quatrième ville du pays et dont les facteurs favorisants restent toujours présents. «Notre quartier reste négligé par nos responsables et il est grand temps que ces derniers se rendent compte de notre existence», répètent les manifestants avant de se disperser en menaçant de «hausser le ton et bloquer la route menant vers le quartier 08 mars», si leurs doléances ne soient pas prises en compte. 

Zarrougui Abdelhak

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85