Un acte de vengeance qui ne dit pas son nom

Les Algériens interdits d’entrée aux Emirats

26 Nov 2020
1049 fois

Les Algériens interdits d’entrée aux Emirats arabes unis. Avant même qu’elle ne soit rapportée par l’agence de presse Reuters, l’information avait déjà circulé sur les réseaux sociaux et fait l’objet de commentaires de la part d’internautes, dont certains sont allés jusqu’à appeler les autorités algériennes à réagir ou à rompre carrément toute relation avec ce mini Etat, qui est devenu depuis une décennie, un sous-traitant au service des intérêts sionistes et américains. Outre l’Algérie et la Tunisie, les 11 autres pays concernés par la suspension sont : la Turquie, l’Iran, la Libye, la Syrie, le Pakistan, l’Irak, l’Afghanistan, le Yémen, la Somalie, le Kenya et le Liban. Le document cité par l’agence britannique de presse se réfère à une circulaire sur l’immigration entrée en vigueur le 18 novembre. Il indique que les demandes de nouvel emploi et de visas de visite avaient été suspendues pour les ressortissants, qui sont en dehors des Émirats arabes unis, et qui se trouvent dans ces 13 pays, et ce jusqu’à nouvel ordre. Aucune explication n’est donnée par les autorités émiraties, dont l’attitude est assimilée à une déclaration d’hostilité à l’endroit de pays, qui connaissent des guerres, des troubles de toutes sortes. Si cela est valable pour la Syrie, l’Afghanistan, le Yémen ou la Libye, la question reste posée en ce qui concerne des pays comme la Tunisie ou l’Algérie, où les EAU détiennent d’importants intérêts économiques. Le Pakistan avait estimé que la mesure était liée à la nouvelle vague de la pandémie du coronavirus, précisant que la mesure n’affecterait pas les individus déjà détenteurs d’un visa et que ces derniers pouvaient entrer aux Emirats arabes unis. Peu probable que cela soit l’unique raison qui a amené les Emiratis à prendre une telle décision. En l’absence du président de la République, les autorités algériennes sont dans l’obligation de prendre acte sans réagir officiellement. Mais au niveau de l’opinion publique, l’attitude du minuscule Emirat est considérée comme un acte d’inimitié et de malveillance, toutefois prévisible depuis la normalisation des relations avec l’Etat d’Israël.

 M.M

Dernière modification le mercredi, 25 novembre 2020 20:36
Évaluer cet élément
(5 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85