Port d’armes Blanches

Guerre déclarée contre les gangs

11 Aoû 2020
1055 fois

Alors que le port d’armes blanches est devenu banal chez la plupart des citoyens, notamment les délinquants, engendrant agressions et crimes de sang qui prennent de l’ampleur, l’annonce du ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, de la mise en chantier de mesures de rétorsion idoine, l’emporterait à l’applaudimètre. En effet, et s’exprimant, hier, en marge de l’installation du nouveau président de la Cour d’Alger, le ministre a fait état d’un projet de loi «sur instruction du Président de la République», a-t-il souligné, sur la rétorsion contre les porteurs d’armes blanches, en tête les bandes s’affrontant à l’épée. Un phénomène «étranger à la société algérienne» et qui prend de l’ampleur, causant terreur et effroi parmi les populations. Dans ce sens, Zeghmati a même rassuré que le texte était en phase finalisation, faisant remarquer que la Justice était concernée en premier ressort par la préservation de la paix et la quiétude sociale, appelant les magistrats à puiser dans tous les outils juridiques pour lutter contre ce phénomène. Dans la foulée, le Garde des Sceaux a également évoqué la cybercriminalité et l’utilisation des réseaux sociaux pour porter atteinte aux personnes ainsi qu’à leur probité morale, révélant que même les institutions de l’Etat n’étaient pas épargnés, estimant que cela constituait «des faits sans précédents», a-t-il déploré, constatant que «Les auteurs de ces méfaits s’abritent derrière l’anonymat et l’impunité jusque-là » relève-t-il, avant d’exhorter les hommes de loi à faire montre de vigilance extrême afin d’y mettre un terme. Toutefois et en dépit de l’importance d’une telle annonce et dans l’attente de la nouvelle loi, il reste des appréhensions demeurent qui tirent leur source du degré de leur application. Car, s’il est notoire que le port d’armes blanches est foncièrement criminalisé, délinquants et criminels n’en n’ont pas, pour autant, renoncer, la scène publique consignant une multitude de délits enregistrés au quotidien. Et qui y va de son canif, qui de son couteau de boucher, de sabre ou encore de bombe lacrymogène de défense.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85