Face à une classe politique confinée

Le pouvoir prépare son agenda

12 Aoû 2020
759 fois

La pandémie du Coronavirus, du fait du confinement imposé, a mis en mode « mute » la scène politique qui renvoie depuis des mois les échos d’un silence assourdissant. Une situation dont le pouvoir a profité pour jouer en solo et se montrer qu’il est sur le pont avec des Conseils des ministres hebdomadaires, avec une régularité de métronome. Il s’agit pour le président Tebboune et ses ministres de monter qu’ils sont en phase et aux petits soins de la société, avec quelques mesures à caractère populiste, en cette phase si particulière de pandémie au Covid-19. Et tout en accaparant toute la lumière médiatique son sur action, pendant que les partis de l’opposition sont au blackout, le pouvoir, l’air de rien se projette dans l’avenir en prévision du futur agenda politique. La révision constitutionnelle est toujours en chantier, la phase de la rédaction du texte final, son « articulation », comme disent les spécialistes, et sera donc soumise en référendum, le temps pour le président Tebboune de trouver une fenêtre d’opportunité. Si pour le moment, il n’y a pas encore un discours pour accompagner cette révision constitutionnelle, en haut lieu ça cogite autour des voies et moyens de produire une mobilisation populaire autour de ce projet. C’est Djamel Bendahmane, nommé dernièrement conseiller du président en charge de la société civile qui est à la manœuvre en sillonnant le pays pour rencontrer la société civile dont il a déjà réuni des représentants à Oran, Constantine et Biskra. Jeune avec un discours assez frais, l’ex –député du MPA semble avoir réussi son baptême de feu au vu de la participation à ces rencontres avec les représentants de la société civile. Il s’agit désormais pour le conseiller du président Tebboune de transformer l’essai, comme on dit en rugby, en passant du stade des rencontres informelles, à celui de la structuration. Le souhait d’une confédération des organisations de la société civile a été ardemment exprimé par la participants à ces rencontres, une idée à laquelle Djamel Bendahmane adhère et on se demande même si ce n’est pas lui qui l’a soufflé. Probablement cette société civile structurée en confédération à l’échelle nationale va tisser sa toile et surtout être fin prête pour faire le service après-vente du projet de constitution, en prévision dans l’optique du référendum. Ce sera pour cette confédération une sorte de test grandeur nature et en fonction de sa réussite dans la mobilisation autour du projet de révision constitutionnelle, il se pourrait et il est même probable qu’elle soit un point d’appui au président Tebboune pour la mise en œuvre de son projet de « Nouvelle Algérie ». On se souvient que le président Tebboune avait déclaré lors de la campagne électorale qu’il était non pas un candidat partisan, mais celui de la société civile. C’est cette société civile « confédéré » et structurée qui lui servira de réservoir pour puiser ses candidats aux prochaines législatives fin de chercher à se donner une majorité parlementaire. Visiblement c’est le choix qui est fait en haut lieu, les partis politiques, notamment le FLN et le RND, malgré le changement organiques internes opérés, il y a quelques semaines ne rentrent plus dans le plan de jeu du pouvoir, soucieux de rompre avec l’héritage de Bouteflika que ces deux partis incarnent.

H.Khellifi

Dernière modification le mardi, 11 août 2020 21:26
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85