Abdelaziz Rahabi

Pour une solution politico-constitutionnelle

05 Juil 2019
30831 fois

Dans un entretien accordé à TSA, Abdelaziz Rahabi est revenu longuement sur la Conférence nationale de dialogue, prévue après-demain samedi à Alger. Assumant pleinement son rôle de coordinateur, le diplomate et ancien ministre de la Communication, a affiché d’emblée son appui à une sortie de crise basée sur une synthèse entre la solution politique et la solution constitutionnelle. « Notre unique objectif est de contribuer à notre manière à trouver une issue à la crise. Nous proposons le retour au processus électoral après un vaste accord entre l’opposition et la société civile et toutes les parties qui portent les véritables revendications du hirak », a-t-il affirmé, avant de préciser que les programmes, qui seront adoptés, sont des « programmes politiques par excellence ». Selon lui, ces programmes sont tous liés au changement démocratique. Anticipant sur la réaction du « Hirak », Abdelaziz Rahabi s’est montré optimiste. D’après lui, « il est de la responsabilité de la classe politique, des syndicats et des élites de concrétiser les revendications du peuple dans un projet politique pour sortir de la crise (…) et cela passera par la prise de mesures concrètes et l’envoi de signaux forts qui exprimeront une réelle intention du pouvoir d’accompagner le changement démocratique ». Invité à livrer plus de détails sur la conférence, il a confirmé la présence de « dix partis politiques, cinq confédérations syndicales en plus de 80 associations de la société civile qui ont fait part de leur intention de participer. « Nous nous attendons à ce que ce nombre augmente ce samedi, date de la tenue de la Conférence qui sera un espace d’initiatives ». Dans ce contexte, il a exprimé son espoir de voir le dialogue élargi au RCD et au FFS. « Nous sommes en contact permanent avec eux pour les amener à participer à la conférence. Nous voulons qu’ils viennent avec l’initiative qu’ils ont lancée dernièrement », a-t-il dit. Concernant la participation de certaines personnalités comme Liamine Zeroual et Mouloud Hamrouche, Abdelaziz Rahabi s’est refusé à tout commentaire, se contentant de souligner qu’en tant que coordinateur de la Conférence du dialogue national, « il ne souhaite pas se focaliser sur les noms mais sur un projet politique ». A propos de ce que certains qualifient de « manœuvres » de la part du pouvoir, s’acharnant à mettre en échec toute velléité de changement, l’interlocuteur a reconnu qu’au sein du pouvoir, «  il y a des gens qui sont contre les réformes politiques et la normalisation de la situation du pays ». Au sujet de l’institution militaire, il a tenu à affirmer qu’il n’y a aucun contact direct ou indirect à ce niveau. « En tant que coordinateur de la Conférence du dialogue, je n’ai eu de contact avec personne », a-t-il répondu.

M.M

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85