Fait unique dans les annales de la Justice

Ouyahia, Sellal et les autres...

18 Mai 2019
413 fois

Il y a à peine quelques mois, pour Ouyahia, et deux ou trois années pour Sellal, ils se voyaient dérouler le tapis rouge à l’entrée du Conseil de la Nation. Loin, sans doute, de se dire qu’un jour, ils risquaient d’être convoqués au tribunal dont l’accès se trouve juste de l’autre côté du trottoir. C’est pourtant ce qui est bien arrivé jeudi au tribunal de Sidi M’Hamed, rue Abane Ramdane à Alger. Quelque chose d’unique dans les annales de la Justice algérienne. Mais surtout d’inimaginable, il ya encore quelques temps. Deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, trois ministres, Amara Benyounés et Karim Djoudi, Amar Tou et l’ex- wali d’Alger, Abdelkader Zoukh sont arrivés à la queue le leu au Tribunal pour être auditionnés par le procureur de la République en qualité de témoins. Sans un regard à droite ni à gauche, ils se sont précipités vers la grande porte du tribunal avant de s’y engouffrer pour emprunter l’escalier qui mène au premier étage. Comme si chacun d’entre eux avait le souci d’abréger ce moment insupportable. Un peu plus tôt dans la matinée, c’est Ali Haddad qui est arrivé le premier dans le fourgon de la gendarmerie, en provenance de la maison d’arrêt d’El Harrach où il est en détention provisoire depuis le 1er avril, suite à sa tentative de quitter le territoire national via la Tunisie. « Klitou leblad, ya serrakin », criaient les citoyens qui se trouvaient à proximité du Tribunal Abane Ramdane au moment ou le fourgon de la Gendarmerie dans lequel on voit, telle une hombre chinoise l’ancien président du FCE franchir la porte de l’édifice. Il n’ya pas si longtemps, ces hommes appelés avant-hier à répondre de leurs crimes devant le Tribunal, arpentaient les palais de la République pour parler « partenariat public/privé » Il ne manque au casting que Sidi Saïd. Son tour arrivera certainement. A environ 40 kilomètres du Tribunal Sidi Mhamed d’Alger c’est un autre Tribunal, le Tribunal militaire de Blida qui a accueilli dans ses murs un autre ex haut personnage de l’Etat, lui aussi touché par la disgrâce. C’est Tayeb Bélaiz, ex président du Conseil constitutionnel, qui avait juré fidélité à Bouteflika, avant le pays. C’était lors de la cérémonie de son investiture à la résidence de Zeralda, en succédant à Mourad Medelci. Selon les informations fuitées par la télévision publique, Tayeb Bélaiz est rentré chez lui après avoir été entendu en tant que témoin, dans l’affaire de Said Bouteflika, Toufik et Tartag, tous accusés de « conspiration contre l’autorité de l’Armée » et « complot contre la sécurité de l’Etat » Le jour même de la comparution de ces « gros requins », Abdelkader Bensalah frappe un grand coup en réhabilitant Belkacem Zeghmati, dans sa fonction de procureur général de la Cour d’Alger.

H.Khellifi.

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85