Médecins résidents

Vers la fin de la grève

27 Mai 2018
2259 fois

Après avoir sollicité l’intervention du président de la République comme un dernier recours, la plupart des 13 000 résidents en grève depuis maintenant sept mois, et devant le silence de la présidence, sont sur le point de se soumettre aux conditions qui leur ont été posées par le ministère de la Santé. Usé par le temps, le Collectif autonome des médecins résidents n’arrive plus à assurer l’unanimité autour d’un mouvement de contestation qui a commencé déjà à se fissurer. A en croire du moins une information rapportée hier par la chaîne Ennahar TV, ce sont quelque « 2.600 sur 13.000 médecins qui ont déjà repris leurs activités dans les différentes structures hospitalières du pays ». Ce nombre représente environ 20% de l’ensemble des médecins résidents travaillant dans les hôpitaux, selon cette même source qui évoque aussi des « divergences » au niveau des assemblées générales, s’agissant de la poursuite de la grève. L’unanimité qui était de mise au niveau des assemblées générales jusque-là semble avoir vécu, sous l’effet de la lassitude des étudiants et des pressions continues des autorités. Il faut dire que la reprise du travail de la part des médecins chirurgiens et des pharmaciens, eux aussi engagés dans un mouvement de contestation, ont rendu intenable la ligne jusqu’au boutiste du collectif syndical des résidents. Fatigués après sept mois d’une lutte durant lesquels ils ont tout essayé pour faire fléchir les pouvoirs publics, mais en vain, les résidents s’acheminent tout droit vers la reprise de leurs activités, du moins les gardes dans un premier temps. Le Collectif autonome des médecins résidents algériens qui a mené ces derniers jours de larges concertations avec la base et multiplier les réunions dans les centres hospitaliers des différentes régions du pays durant la semaine dernière, et ce, pour décider de la reprise ou non du travail, ne va pas tarder à rendre publique sa décision. Sachant que la tendance globale est pour l’arrêt de la grève, néanmoins avec des conditions, il est attendu que le ministère de la Santé se prononce, en appelant Camra à une rencontre durant laquelle, la tutelle finalisera les points restés en suspense. Ce qui est sûr c’est qu’il ne sera plus question de l’abrogation du caractère obligatoire du service civil, ni de la dispense du service militaire, les discussions vont tourner autour d’autres revendications auxquelles le ministère a déjà répondu, mais a conditionné leur application après la reprise du travail.  En tout état de cause, si reprise il y aura, elle devra être accompagnée par des garanties des deux tutelles, à savoir le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, par rapport aux revendications des médecins résidents et surtout aux risques de représailles de la part de certains chefs de service, qui menacent déjà de sanctionner les médecins résidents grévistes s’ils venaient à reprendre. Dans le même contexte, l’Association nationale des praticiens hospitalo-universitaires lance un appel aux médecins résidents en sciences médicales d’observer une trêve durant ce mois de Ramadhan. Laquelle trêve «doit être suivie immédiatement d’un dialogue soutenu et quotidien de la part des tutelles», propose l’association dans un communiqué rendu public jeudi à l’issue de la réunion du bureau national, tenue le 23 mai.

Mohamed Mebarki

Dernière modification le samedi, 26 mai 2018 18:31
Évaluer cet élément
(3 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85