Cité dans un scandale financier

Boudjemâa Talaï évoque un règlement de comptes

27 Mai 2018
3336 fois

Si l’on croit certaines informations, Boudjemâa Talaï serait au centre d’un scandale financier aux graves répercussions sur l’économie du pays, dans la mesure où la valeur du marché concerné est estimée à quelques 2 200 milliards de DA. Le marché consiste en la construction de 30 silos métallique et 9 silos en béton au profit de l’Office algérien interprofessionnel des céréales. Le marché a été attribué en 2013 à BATIMETAL dont le directeur n’était autre que Boudjemaâ Talai. L’entreprise algérienne, pour mettre tous les atouts de son côté et décrocher le marché, a du constituer un groupement momentané d’entreprise solidaire avec les Italiens Borghi SRL appelé GMES BATISILO. Le projet entamé en 2013 a vu le délai de sa réalisation se prolonger à 66 mois. Moins de 24 mois plus tard, Boudjemaâ Talai est désigné ministre des Transports. Logiquement, il n’est plus concerné par le projet. La question qui s’impose est qui a intérêt à déterrer une telle affaire et pour quel objectif ? Boudjemaâ Talai pense qu’il s’agit d’une campagne de dénigrement probablement liée aux prochaines échéances dont il est la cible. A ce propos, il dit «  En 2013, BATIMETAL (entreprise publique) avait décidé de se mettre en groupement avec une entreprise italienne, en respect de la réglementation en vigueur, afin de soumissionner à un appel d’offres lancé par l’OAIC pour l’acquisition et l’installation de 39 silos. Il est important de signaler que notre groupement algéro-italien était en concurrence avec des sociétés étrangères ». Il poursuit « nous avons été retenus après plusieurs séances de négociations avec l’OAIC puisque nous avions proposé une meilleure offre, tant sur le plan technique que financier, avec l’avantage d’utiliser les moyens nationaux disponibles. Le contrat de réalisation des neuf autres silos en béton a été remporté par une société chinoise ». Boudjemaâ Talai ajoute « c’est la première fois qu’on se faisait accompagner par le CTC (Contrôle technique de la construction) et l’ENACT (Établissement national de contrôle technique des équipements). Il y a eu un contrôle de qualité. Il reconnait qu’il y’a eu des retards. Et selon lui, «  le problème est que les études étaient extrêmement compliquées. Chaque étape devait être approuvée. Ajoutez à cela des changements de sites. Et à chaque changement, il fallait refaire les études géotechniques. Cette question de retard est gérée entre l’OAIC et le groupement. La société italienne ne peut pas monter les silos si le génie civil n’est pas prêt ». Boudjemaâ insiste sur le fait qu’il n’a  pu assister qu’aux études, à quelques installations de chantiers et la préparation de sites. La suite est assurée par une nouvelle équipe du groupe BATIMETAL. Le groupement est autonome et possède une direction qui ,en principe, est responsable de la suite. Alors pourquoi le nom de Boudjemaâ est-il cité ? Que cache cette publicité ? Pour le concerné, c’est clair. « Ils veulent me discréditer. J’ai une petite idée sur ceux qui sont derrière. On en parlera un autre moment », promet-il à TSA.

Mohamed Mebarki

Dernière modification le samedi, 26 mai 2018 18:32
Évaluer cet élément
(3 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85