Propos de Macron au Mali

Paris rectifie le tir

24 Mai 2017
295 fois

Y a-t-il eu mauvaise interprétation des propos de Macron au Mali à l’égard de l’Algérie? Le président français a-t-il simplement signé « sa présence »  et partant celle de la France, lors de sa première sortie hors frontières en produisant un discours prêt à la consommation par l’opinion internationale ? Est-ce par erreur que l’Algérie est tenue responsable du retard pris par l’application de l’Accord intermalien signé à Alger en 2015 ? Toujours est-il que l’ambition affichée par les deux pays de refonder une relation favorable aux intérêts mutuels commande un ton, autre que celui utilisé au Mali. L’Algérie assume bien son rôle dans le maintien de la paix et la sécurité au niveau régional et l’équivoque à ce sujet vient d’être levée par le Quai d’Orsay, via son porte –parole Romain Nadal, qui a même reconnu que l'Algérie était un acteur «essentiel» pour la sécurité du Sahel et du Mali en particulier. Dans un point de presse animé lundi, M. Nadal a insisté également sur l’idée que la coopération de la France avec l’Algérie est «capitale» pour la mise en œuvre de l’Accord intermalien, en particulier dans le cadre du comité de suivi présidé par l'Algérie et dont la France est un membre actif. «C'est sous l'égide de l'Algérie que l'accord pour la paix et la réconciliation a pu être signé en 2015», a-t-il rappelé. Cette déclaration s’assimile à un erratum, voire une réparation au bénéfice de la diplomatie nationale, qui de l’avis de Nadal , le nouveau gouvernement français a admis publiquement que sans l’Algérie, le Mali aurait été certainement rayé de la carte. Sans le concours des autorités algériennes, les opérations Serval et Barkhane lancées pour tenter de chasser les terroristes du nord du Mali auraient probablement piétiné sur le terrain. C’est dans le même ordre d’idées que R. Nadal a également insisté sur le fait que la mise en œuvre de l’Accord intermalien, en particulier dans le cadre du comité de suivi présidé par l'Algérie et dont la France est un membre actif est largement tributaire de la coopération entre l’Algérie et la France. Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a précisé que «cela a été indiqué par Macron et le ministre lors de leur visite à Gao,  « Nous devons accentuer nos efforts communs pour y parvenir. Il nous faut également intensifier notre coopération pour lutter contre le terrorisme, notamment en soutien aux efforts du G5 Sahel». Il faut rappeler que Macron en visite-éclair à Gao vendredi dernier a pressé le président malien et l’Algérie, médiatrice dans la crise malienne, d'accélérer la mise en œuvre de l'Accord de paix et de s'engager pleinement dans la lutte antiterroriste. «J'aurais une exigence renforcée à l'égard des Etats du Sahel et de l'Algérie», a-t-il déclaré, avant de mettre en garde «on ne peut pas manifester quelque faiblesse que ce soit à l'égard de groupements terroristes, quelles que soient les raisons politiques domestiques».

Saïd Lamari

Dernière modification le mardi, 23 mai 2017 20:43
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85