Élections législatives de 1997

Quand Mokdad Sifi passe aux aveux

20 Mar 2017
2745 fois

La campagne de confections des listes électorales pour les législatives du 4 mai prochain a, de nouveau, mis en lumière le phénomène de la fraude, à travers l’achat des parrainages par-ci et des positions « éligibles » par-là qui, hélas, n’est pas anecdotique. Il est structurel et coextensif à la mise en place du pluralisme politique en Algérie. En témoignent les propos de l’ex chef du gouvernement, Mokdad Sifi, qui s’est exprimé hier longuement dans  les colonnes d’un quotidien arabophone  quotidien.  Et parmi les sujets abordés, les fameuses élections pluralistes de 1997qui ont vu le RND, un parti fabriqué en toute hâte dans les laboratoires du DRS, remporté « haut la fraude » la majorité des sièges. Ce qui lui a valu d’ailleurs à l’époque bien des sarcasmes, comme, entre autres, celui de « bébé né avec des moustaches ». Ministre d’Etat à l’époque et tête de liste à Tébessa, Mokdad Sifi avoue que les résultats de ces élections étaient un « scandale en matière de fraude ». « Ce ne sont pas des paroles mais des faits que j’ai vécus », insiste –il.  L’ancien chef du gouvernement fait une autre révélation : les listes RND des candidats pour les élections locales ont été préparées par le gouvernement, Ahmed Ouyahia, à travers les services du ministère de l’Intérieur, l’administration et les walis.  Le président du parti à l’époque, Abdelkader Bensalah avait été mis devant le fait accompli, vu les délais pour le dépôt des dossiers de candidature, selon lui. L’ancien chef du Gouvernement, contacté par TSA a bien confirmé ses propos. « J’avais moi-même des informations sur les walis qui avaient préparé et signé les procès-verbaux des résultats avant les élections locales », affirme-t-il. Mokdad SIFI s’appuie également sur les déclarations faites à l’époque par l’ancien wali d’Oran, Bachir Frik, sur la fraude durant les élections. « Cet ancien wali avait déjà dénoncé cela et affirmé qu’il avait trafiqué (les résultats) sur instructions du gouvernement. Il avait été appelé par le ministre de l’Intérieur et le chef du gouvernement », ajoutera-t-il. On se souvient qu’après les résultats de ces fameuses élections, les partis politiques de l’opposition, y compris le FLN étaient descendus dans la rue dénoncer la forfaiture qualifiée à l’époque de « fraude du siècle » Sous la pression du parlementaire, une commission d’enquête avait été mise en place, dirigée par le député FLN Mustapha Mazouzi. Son rapport, qui n’a jamais été rendu public, doit être quelque part sous la poussière, dans la salle d’archives de l’APN. Ahmed Ouyahia, qui était à l’époque chef du gouvernement  sous Zeroual, a choisi le déni, chaque fois qu’il est interrogé sur le sujet, alors qu’il est l’un des artisans de cette élection à la « Naegelen », (nom du gouverneur général d’Algérie à l’époque coloniale, réputé pour la manipulation des suffrages). Que Mokdad Sifi parle de cette fraude, c’est de nature, incontestablement, à conforter l’accusation contre les responsables de l’époque. Il en faisait partie. Mais la question est de savoir pourquoi a-t-il choisi de parler maintenant.   Sursaut de conscience ou calculs politiciens? 

H.Khélfi.  

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85