Liberté de la presse

RSF fait le procès de l’Algérie

24 Déc 2016
233 fois

Intitulé « Algérie : La main invisible du pouvoir sur les médias », le dernier rapport de Reporters sans frontières consacre le plus gros de sa critique à l’Algérie. Utilisant son habituel lexique corrosif quand il s’agit de l’Algérie, l’ONG note que « que les médias algériens évoluent dans une "asphyxie progressive" depuis "la réélection d’Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat présidentiel.  RSF évoque aussi  le décès récent du « journaliste anglo-algérien Mohamed Tamalt  et souligne que « c’est la première fois qu’un détenu meurt pour des opinions publiées sur Facebook ».Pour RSF, « le combat pour une presse libre est plus que jamais d'actualité en Algérie face à la liste des sujets tabous ». Cette situation risque selon l’ONG  de s'aggraver à l’approche des élections législatives.Dans ce rapport, l'ONG précise que la plus urgente des actions est la libération immédiate et l’abandon des charges contre Hassan Bouras. Accusé sur la base du code pénal pour « outrage à corps constitués », le journaliste indépendant a été condamné à un an de prison pour avoir publié une série d’entretiens avec des d’habitants de la wilaya d’El Bayadh qui affirment que de hauts responsables de l’appareil judiciaire et sécuritaire de la ville ont reçu des pots-de-vin et incarcéré des innocents sur la base d’accusations forgées de toutes pièces.RSF affirme avoir réalisé son rapport sur la base d'une vingtaine d’entretiens sur le terrain entre Alger, Oran et Tunis de, mai à octobre 2016. L’organisation  déclare avoir bénéficié  du soutien de l’Agence française de développement (AFD) l’incitant à ouvrir une enquête indépendante sur les circonstances de la mort de Mohamed Tamalt afin que les responsables soient punis dans les plus brefs délais et de cesser de recourir au code pénal. Elle affirme avoir aussi appelé à la « transparence dans les procédures d’octroi de licences et de fréquences de radiodiffusion afin de permettre le renforcement du droit du public à une information indépendante ». « Les refus de licences devraient, selon RSF être motivés et faire l’objet d’une publicité ». Cela fait longtemps que cette ONG  ne s’est pas manifestée à propos de l’Algérie. Il est vrai que cette organisation censée défendre la liberté de la presse dans le monde avait terni son image d’observateur impartial du monde médiatique quand elle était dirigée par un certain Robert Menard qui avait montré son vrai visage en optant pour un parti qui fait du déni de la liberté son créneau. Il s’agit du Front national et l’ex dirigeant de l’organisation qui défendait la liberté de la presse est aujourd’hui le maire de Béziers, officiant sous le portrait de Marine Le Pen. Ce dernier  rapport sur l’Algérie n’est pas net même s’il décrit certaines vérités. En fait il faut se demander  qui se cache derrière un tel procès d’intention.    

R.N

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85